Les voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (partie IX)

Date:


Notre couverture de la série Lincoln Mark se poursuit aujourd’hui, et nous reprenons à la fin de 1958. Après que Ford ait déversé plusieurs tens of millions dans la division continentale et l’ait rapidement fermée, la société a ensuite dépensé beaucoup plus d’argent pour développer une toute nouvelle plate-forme monocoque pour Utilisation de Lincoln. Dans une tentative d’éloigner les purchasers de Cadillac, les nouvelles Lincolns de 1958 portaient l’un des kinds les plus choquants jamais vus à Detroit.

Les trois nouveaux « modèles » de Lincoln n’étaient en fait que des niveaux de finition de la même voiture. Ces modèles comprenaient Capri, Premier et le Continental Mark III haut de gamme, qui n’était pas un Continental, sauf dans les badges de finition. Au moins, il y avait une fenêtre Breezeway ! Lors du lancement en 1958 de la nouvelle ligne unibody de Lincoln, il y a eu une forte récession à travers le monde, automobile de nombreux Américains ont décidé de ne pas le faire. réellement besoin d’une nouvelle voiture tous les ans ou tous les deux ans. Néanmoins, le Continental Mark III représentait 62 % des ventes de Lincoln cette année-là. Lincoln a dévié sur un parcours révisé en 1959, espérant améliorer son kind avec quelques modèles plus « nouveaux ».

Lincoln quelque peu a abandonné la tactique de marque de la division continentale qu’elle avait essayée pour 1958. Au lieu de l’ancien Continental Mark III avec l’insigne «Continental III», le 1959 était officiellement le «Mark IV Continental». C’était un cas surprenant d’escalade de modèle et un changement de cap par rapport à la façon dont Marks fonctionnait auparavant.

Jusque-là, une nouvelle génération, et non une nouvelle année modèle, gagnait une nouvelle série de Mark. Continental et Mark IV n’étaient plus ensemble sur un seul badge, mais des pièces de garniture séparées automobile le Mark est devenu une model du modèle Continental, qui s’est étendu pour couvrir un territoire plus illustre. Le nom Mark IV a toujours été répertorié avant Continental dans les paperwork advertising de 1959. De plus, une formulation comme « chaque Lincoln et Continental » a tenté de positionner le Continental comme quelque selected de séparé.

Lincoln est revenu avec les mêmes kinds de carrosserie Mark en 1959 qu’il utilisait en 1958 : deux portes en model toit rigide ou cabriolet, ainsi qu’une berline à piliers à quatre portes et un toit rigide à quatre portes commercialisé sous le nom de Landau. En plus des kinds de carrosserie Mark IV normal, il y avait deux toutes nouvelles quatre portes en 1959: Mark IV Continental City Automotive et Mark IV Continental Limousine.

La voiture de ville et la limousine ont amené la Mark IV à un niveau plus exclusif en 1959 et ont formé l’offre halo du modèle. Dans cet ajout, le cabriolet a été relégué au deuxième rang. Les deux nouvelles variations de Mark IV étaient d’un fashion plus formel, pour plaire au shopper haut de gamme pour qui une berline Mark IV ordinaire était trop décontractée. C’était la première fois que le nom City Automotive était utilisé sur une Lincoln fabriquée en usine.

La principale différence entre la City Automotive et la Mark IV normal résidait dans la lunette arrière. City Automotive a remplacé la configuration Breezeway à angle inversé par un morceau de verre incliné vers l’avant plus traditionnel. La modification de l’angle de la fenêtre signifiait qu’il y avait plus d’espace à l’arrière : Lincoln a reculé le siège arrière de plusieurs centimètres pour donner à la City Automotive plus d’espace pour les jambes à l’arrière qu’un Mark IV normal. C’était une refonte intelligente, automobile elle permettait un changement intérieur commercialisable mais ne nécessitait aucune modification de la tôle.

Pour créer le même Suite model spéciale Limousine du Mark IV, les concepteurs de Lincoln ont ajouté une cloison arrière en verre. City Automotive et Limousine offraient toutes deux une possibility de toit en vinyle et même des unités de climatisation séparées pour les passagers avant et arrière. Dans un geste qui aurait fait sourire Henry Ford, la City Automotive et la Limousine n’étaient proposées qu’en noir.

Bien sûr l’un des plus importants grande nouvelle facets dans les voitures des années 50 était la mise à jour visuelle annuelle. Étant donné que Ford venait de dépenser autant pour Lincoln, les changements de 1958 à 1959 étaient pour la plupart mineurs et visaient à ébranler l’apparence extreme (et largement détestée) de la ’58. À l’avant, la Continental a atténué ses quatre phares inclinés en les intégrant dans la calandre.

Comme les lumières n’étaient plus dans des nacelles séparées, la grille était libre de s’étendre dans la zone d’éclairage. Cela a rendu l’avant plus cohérent. La calandre en forme d’œuf (étonnamment) est restée la même pour 1959, bien qu’elle ait reçu une nouvelle décoration au-dessus by way of une bande de garniture chromée. Comme la calandre, la nouvelle bande se fond dans le boîtier du phare pour le rendre moins ridicule.

Sous la calandre se trouvait un nouveau pare-chocs, qui a perdu les Dagmars inspirés des seins de 1958. À leur place se trouvait une floor lisse qui avait une zone de découpe de plaque d’immatriculation plus petite qu’auparavant. Le pare-chocs plus easy semblait moins lourd et se terminait par deux lances chromées décoratives en forme de jet. La zone verticale des lances était plus mince qu’auparavant, mais la queue de la fusée s’étendait récemment dans l’aile avant près de la roue.

Vu de côté, le Mark IV était un peu moins discordant que le Mark III. Les festons saillants des ailes avant et arrière ont été considérablement lissés et apparaissaient beaucoup plus comme un contour que comme une plate-forme surélevée. La ligne de toit et d’autres facets du profil latéral ont été conservés jusqu’en 1959 sans changement.

L’arrière du Mark IV a subi moins de modifications que l’avant lors de sa transition vers 1959. Le changement le plus notable a été les feux arrière ovoïdes qui étaient toujours au nombre de six, mais qui semblaient désormais mieux intégrés by way of leur propre anneau de garniture chromé. La conception de la calandre arrière concave de 1958 a été remodelée pour l’année suivante et est devenue convexe et plus douce. Il n’y a eu aucune autre modification du pare-chocs arrière ou du carénage.

Avec son nouveau moins est plus fashion de kind, le Mark IV Continental était légèrement plus petit que le Continental Mark III. La longueur totale a diminué de près de deux pouces, passant de 229″ à 227,1″. La largeur est restée le même document avec 80,1 pouces et la hauteur a très légèrement augmenté de 56,5″ à 56,7 pouces.

Le poids a gonflé sur la City Automotive et la Limousine avec tout leur équipement de luxe supplémentaire, et on pense que les deux détiennent le titre de berlines américaines à empattement normal les plus lourdes depuis la Seconde Guerre mondiale. Le coupé Continental de 1959 pesait 5 220 livres, tandis que le Landau sans pilier a réduit de quatre livres les 5 306 de la berline. Le cabriolet était l’offre normal la plus lourde à 5 330 livres. Lincoln n’a pas publié le poids de la City Automotive ou de la Limousine, mais a encouragé les acheteurs à demander à leur concessionnaire.

Comme le moteur MEL de 430 pouces cubes (7,0 litres) était nouveau pour 1958, Lincoln n’a apporté qu’un petit changement pour 1959 : le désaccord. Les 375 chevaux de l’année précédente ont été réduits à 350 en 1959. Le Cruise-O-Matic (Turbo-Matic) à trois vitesses est également resté inchangé.

Moins de fashion, plus de poids, moins de puissance, mais une meilleure économie. Cela signifiait-il que les Mark IV Continentals se vendaient mieux que leur prédécesseur ? Non! Alors que la manufacturing totale de Lincoln était de 26 906 en 1959 (bien mieux que les 17 134 de 1958), il y avait en fait moins de Les Continentals se sont vendus même s’il y avait plus de modèles disponibles.

La manufacturing totale de 1959 Mark IV était de 11 126 (contre 12 550). Le modèle le plus vendu était le Landau à 6 146 exemplaires, suivi du cabriolet à 2 195 exemplaires. Le coupé à toit rigide s’est vendu à 1 703 exemplaires, tandis que la berline normal avec son manque de flamboyance n’a déplacé que 955 exemplaires. La City Automotive à manufacturing limitée s’est vendue 78 fois et la Limousine n’a réussi que 49 ventes.

Une partie du problème d’appel de la berline était son prix correspondant de 6 845 $ (68 991 $ adj.) Au toit rigide Landau. Le toit rigide à deux portes coûtait 6 600 $ (66 522 $ adj.). Forcer l’exclusivité de la City Automotive était son prix, un choquant de 9 200 $ (92 728 $ adj.), surmonté seulement par les 10 200 $ de la Limousine (102 807 $ adj.). Dans l’ensemble, les prix en 1959 étaient d’environ 12% supérieurs à ceux de 1958. L’un des rares cas où cela fonctionne, on peut obtenir un bon calcul de l’inflation des prix de 1959 en 2022 en ajoutant simplement un zéro.

Cependant, Lincoln n’en avait pas fini avec ses éditions unibody Continental, et les éléphants verraient une année modèle de plus avant que Lincoln ne jette l’éponge de la série Mark pendant près d’une décennie. Nous reprenons la prochaine fois en 1960.

[Images: Ford]

Devenez un initié TTAC. Recevez d’abord les dernières nouvelles, les fonctionnalités, les prises de TTAC et tout ce qui permet de découvrir la vérité sur les voitures en inscription à notre e-newsletter.

//toggles mobile navigation let mobileMenu = document.getElementById('mobileHeader'); let siteMobile = document.getElementById('main-wrapper'); let mobileBtn = document.querySelector('.hamburger');

mobileBtn.addEventListener('click', function() {

if (siteMobile.classList.contains('menuOpen')) { siteMobile.classList.remove('menuOpen'); document.documentElement.classList.remove('noScroll'); document.body.classList.remove('noScroll'); } else { siteMobile.classList.add('menuOpen'); document.documentElement.classList.add('noScroll'); document.body.classList.add('noScroll'); }

});

(function($) {

// Hide Header on on scroll down var didScroll; var lastScrollTop = 0; var delta = 5; var navbarHeight = $('#mobileHeader').outerHeight();

$(window).scroll(function(event){ if ($(window).innerWidth() <= 998 ) { if ($(this).scrollTop() >= 150) { didScroll = true; } else { $('#main-wrapper').removeAttr('class'); } } });

setInterval(function() { if (didScroll) { hasScrolled(); didScroll = false; } }, 250);

function hasScrolled() { var st = $(this).scrollTop();

// Make sure they scroll more than delta if(Math.abs(lastScrollTop - st) <= delta) return; // If they scrolled down and are past the navbar, add class .nav-up. // This is necessary so you never see what is "behind" the navbar. if (st > lastScrollTop && st > navbarHeight){ // Scroll Down if ($('#main-wrapper').hasClass('sticky')) { $('#main-wrapper').removeClass('sticky').addClass('backUp'); setTimeout(function() { $('#main-wrapper').removeClass('backUp'); },350); } } else { // Scroll Up if(st + $(window).height() < $(document).height()) { $('#main-wrapper').removeClass('backUp').addClass('sticky'); } } lastScrollTop = st; } })( jQuery );

Share post:

Popular

More like this
Related